dimanche 30 août 2015

书 Livre ouvert

shū

C'est le livre.

Le caractère traditionnel représente une main en train d'écrire avec un pinceau sur un support. Ce caractère a donc été simplifié en chinois moderne.

ex :

中文书


Les mots étant invariables en chinois, on peut traduire ces 3 caractères par Les livres chinois. Le pluriel est ici sous-entendu.

Nous verrons à l'article suivant comment écrire un livre. Il existe en effet une particularité de la langue chinoise pour les articles indéfinis.

La prononciation de ce caractère est proche du français "chou" avec la langue roulée en arrière sur le palais pour le sh, et le premier ton sur la voyelle ū (un son haut et maintenu). Attention, les chinois d'autres langues maternelles que le mandarin (du sud de la Chine en particulier), prononcent souvent au lieu de shū. La prononciation standard du mandarin est bien shū !


Calligraphe sur le mont Qingcheng Shan dans le Sichuan


不 Être ou ne pas être ?


Ce caractère, qui est également un mot à part entière, est utilisé pour marquer la négation. On l'utilise comme négation d'un verbe au présent. Utilisé seul, c'est un équivalent de Non !

La prononciation de ce caractère est proche de "pou", au 4ème ton. Attention, quand il est suivi d'une syllabe au 4ème ton, on le prononce au 2ème ton pour des raisons d'esthétique et de simplicité de prononciation.

Ex :

我不是。

wǒ bù shì , se prononce en fait : wǒ bú shì ou encore wǒ bù shi


Comment poser une question en chinois ?

L'une des possibilités revient à faire suivre le verbe à la forme affirmative par sa forme négative, comme pour laisser le choix entre deux possibilités.

Ex :

你是不是中国人 ?

Qu'on pourrait traduire par :

Tu es chinois ou pas ?

Petit exercice de traduction :

他是不是中国人?
不, 他是日本人!


我 Moi, je !


C'est je, moi

Voici donc le pronom personnel correspondant à la première personne du singulier. Ce caractère originellement représentait peut-être une main tenant une arme (hallebarde ?).

Une petite phrase à traduire :

他是中国人,我也是

Vous noterez que le complément d'objet est ici sous-entendu, dans la deuxième partie de la phrase.


一 Un à l'horizon

Nous n'avons pas encore eu l'occasion de parler du caractère le plus simple de la langue chinoise :

 


Le trait horizontal seul, c'est 1.

Facile à prononcer : On dit plutôt i que yi en fait. Pour les pointilleux de la prononciation, en fait le ton de ce mot est le premier ton mais il se modifie en fonction du ton qui le suit dans la phrase, et peut être prononcé au deuxième, comme au quatrième ton. Mais laissons de côté pour l'instant ces nuances...

Ce trait horizontal est bien sûr un composant d'autres caractères. Il n'a le plus souvent qu'une valeur graphique : un simple trait horizontal. Dans d'autres cas il figure le sol ou la ligne d'horizon, ou même le ciel.


Phonétique 3

Encore un tout petit peu de phonétique

Je reprends juste quelques points de phonétique. Les lecteurs se concentrant sur les caractères peuvent passer cet article !

Reprenons la liste des voyelles (simples) du mandarin :

a, e, i, o, u, ü

u se prononce comme "ou" en français et ü équivaut au "u" français. Le i est moins marqué qu'en français (proche de "é"), le e est proche du "e" français.

Il existe par ailleurs des diphtongues (combinaisons de voyelles) comme :

ai, ao, ei, ia, ie, iu, ou, ua, ue, ui, uo

Et deux nasalisations :

n, ng

Une syllabe chinoise est formée d'une consonne (au sens large), d'une voyelle ou une diphtongue et se termine par n ou ng ou bien rien. Quelques syllabes débutent directement par une voyelle. Quand la syllabe débute par un i, il s'écrit en fait y. ex : iao devient yao. Quand la syllabe débute par un u il s'écrit en fait w. ex : uai devient wai.

Une syllabe ne se termine jamais par un s, un t etc. Sinon c'est probablement un autre dialecte que le mandarin (cantonnais par exemple) ou du vietnamien... Une seule exception : er , dont nous avons vu un exemple à l'article précédent. Le r se prononce comme un "r" final à l'américaine, comme dans "center".

Exemples de combinaisons avec la lettre t :

ta, tai, tie, tou, tui, tan, tang, ting, tong, tu, tui


jeudi 27 août 2015

你 Bonjour, comment vas-tu ?


Ce caractère n'ayant plus tellement cours signifiant tu, toi entre dans la composition d'un autre caractère : le caractère moderne utilisé pour écrire tu, toi est le même mais additionné de la clé de la personne :


Grâce à ce nouveau mot, nous pouvons écrire :

你好 ?

Comment ça va ?

Une façon de se dire bonjour.

Voici l'occasion d'introduire la notion d'adjectif-verbal. Les adjectifs comme peuvent être utilisés sous une forme verbale. En effet il n'est pas nécessaire (et c'est même une faute) d'ajouter un verbe d'état comme "être" (comme en français) entre le sujet et l'adjectif.

peut se traduire par être bien ou aller bien, on ne doit pas ajouter après le sujet !  你好 ? se traduit littéralement par Tu vas bien ?


她 Elle


En utilisant la clé et  on forme donc le pronom personnel elle. Vous noterez qu'il et elle se prononcent exactement de la même manière, à l'oral seul le contexte permet la distinction.


Petit exercice de traduction, à vous de jouer :

他是中国人, 她也是中国人


Employée se reposant dans l'enceinte d'un temple de Chengdu au Sichuan


好 Bon, bien

hǎo

En associant la femme et l'enfant + on obtient l'adjectif bon, qui est également l'adverbe bien. Le h chinois, surtout au nord, se prononce comme la "jota" espagnole.


Plat de légumes et de viande dans un petit restaurant de Beijing (Pékin)


女 La femme




C'est le radical de la femme


Ce caractère est également une clé fondamentale. On le prononce comme le français "nu" (le tréma servant à transformer le son "ou" en "u"). Il s'agit de la femme, de la féminité. En tant que clé (souvent situé à gauche du caractère) il véhicule cette idée de femme, féminité,...




Femme exécutant des sucettes en caramel dans un parc de Chengdu dans le Sichuan


lundi 24 août 2015

他 C'est aussi une personne...

Si on associe le caractère , sous forme de clé, au caractère , on obtient :


Lui, il

Comme moyen mnémotechnique on peut imaginer que "il" c'est l'autre, la troisième personne, "la personne aussi". On remarque que est aplati à gauche, c'est sa forme de "clé". Quand il est utilisé comme clé il se présente le plus souvent sous cette forme.

Attention à ne pas confondre et  人也 !

Rappel : chaque caractère s'inscrit dans un carré.

L'introduction de ce pronom personnel nous permet donc d'écrire notre première phrase :


他是中国人

Il est chinois


On peut également écrire :


他也是中国人

Il est aussi chinois


On notera que se place immédiatement après le sujet. On remarque également que la structure de la phrase est la suivante : Sujet + Verbe + Complément d'objet. Comme en français ! L'ordre des mots chinois est très important. Etant invariables, cet ordre permet de donner leur valeur grammaticale aux mots.


Patineur fringant sur Nanjing Donglu à Shanghai


也 Aussi en ligne

 

Aussi

Ce caractère est un des constituant d'autres caractères importants dont certains pronoms personnels que nous verrons par la suite. Utilisé comme adverbe, il se place après le sujet.

En chinois classique, on écrit les caractères en colonnes de haut en bas. Les colonnes s'organisent de droite à gauche. La première de couverture est à la place de notre 4ème de couverture et les livres se lisent à l'envers de notre sens de lecture.

Pour des raisons pratiques (ordinateur et machines à écrire), le chinois s'écrit volontiers en lignes et de gauche à droite.


是 Sous le soleil exactement


Se tenir droit, debout / une action en cours...
Je présente graphiquement ce caractère essentiellement pour pouvoir en former un autre.
Si on ajoute le soleil au dessus de on obtient un caractère incontournable :

 
shì

Être (verbe)

En effet, étymologiquement on peut envisager être comme "se tenir droit sous le soleil". Attention cependant, "être" en chinois ne s'utilise pas pour localiser un objet ou une personne. Il existe un autre verbe pour cet usage.

Un point sur les règles de traçage des caractères :

- En écriture régulière, chaque caractère doit tenir dans un carré sans en déborder.
- On commence par la partie gauche pour continuer vers la droite.
- On commence le caractère par la partie supérieure pour ensuite descendre.
- Les horizontales sont en générale tracées avant les verticales
- Quand le caractère contient une enceinte (un carré petit ou grand) on remplit cette enceinte avant de la fermer.

On peut voir ci-dessous l'ordre recommandé pour tracer les traits du caractère . On notera que l'angle à droite se trace sans lever le crayon et ne constitue donc qu'un seul trait. Il est important de compter les traits pour utiliser un dictionnaire de caractères chinois : Les caractères sont classés par clés et par nombre de traits.





lundi 17 août 2015

本 La racine et le Japon

本 
běn

Voici la racine, l'origine par extension.

Il suffit en effet d'ajouter un petit trait sur les racines du caractère arbre  pour symboliser le sens de racine.

A l'aide de ce nouveau caractère, qui se prononce à peu près "pène" avec un "p" très léger au troisième ton, nous pouvons former de nouveaux mots :

日本 rì běn

Littéralement "Origine du soleil" que l'on traduit souvent par "soleil levant", c'est le Japon. La prononciation chinoise a donné le nom Japan (en anglais) puis Japon. En effet, en japonais, on le prononce Nihon ou Nippon.

日本人 rì běn rén

Voici comment écrire japonais(e) (personne) sur le même modèle que 中国人


本子 běn zi

Il s'agit d'un nom commun : cahier.

Ici le caractère est pris dans le sens de livre, volume relié. Le en deuxième position montre qu'il s'agit d'un nom commun. C'est un procédé très utilisé en chinois pour former des substantifs à partir de radicaux. Dans ce cas on prononce sans ton (pas d'accent sur le "i").


木 L'arbre et le bois

 




Ce pictogramme représente le champ sémantique de l'arbre ou du bois.

J'introduis au fur et à mesure des caractère assez simples à écrire mais, qui vont être utiles pour composer d'autres caractères plus complexes puisque ce sont des clés, comme celui-ci. Ils entrent également dans la composition de mots polysyllabiques.

Il se prononce comme le mot "mou" en français en n'oubliant pas d'y mettre le 4ème ton (comme un ton impératif).

Une mention particulière pour ce caractère :

Il représente l'un des 5 éléments chinois. Il est donc associé successivement aux douze signes de l'astrologie. Il existe un cycle de douze ans pour les signes chinois et à chaque nouvelle période de 12 ans un élément nouveau est associé au signe. Par exemple : Buffle d'eau, douze ans après on retrouve le buffle mais associé à l'élément bois. Ce qui crée des grands cycles de 60 ans (5 x 12).


Arbre enchevêtré dans le temple de Confucius de Pékin


日 Le soleil et le jour

 


Ce caractère, seul, est synonyme de soleil, de jour, de la date. Lorsqu'il est utilisé comme clé, il sert à composer des caractères dont le sens est en rapport avec le soleil ou la dateCe pictogramme représentait initialement le disque solaire marqué d'un point en son centre. Il a ensuite évolué vers une forme plus carrée au cours du temps.

Même si son sens initial est soleil, mais il n'est plus utilisé seul en chinois contemporain pour représenter le mot soleil. La prononciation de ce mot est proche d'un "j" seul (avec la langue enroulée en arrière, à la Brassens toujours...), le "i" étant ici quasi-muet, sur un ton impératif (4ème ton).

Une clé, c'est un caractère ou un élément graphique utilisé comme partie signifiante à l'intérieur d'un autre caractère.


Coucher de soleil sur un étang de l'Ancien Palais d’Été de Pékin


dimanche 16 août 2015

子 L'enfant

子 
ou bien zi

C'est le fils, l'enfant. Ce caractère est également très fréquent dans les textes chinois. Le suffixe le plus utilisé : Il permet de former de nombreux mots composés, il entre également dans la composition d'autres caractères.

Il faut bien différencier, d'une part, deux composants d'un même caractère, celui-ci s'inscrivant dans un seul carré, et d'autre part, 2 caractères qui se suivent dans un texte (remplissant donc 2 carrés successifs). J'illustrerai cette différence un peu plus tard. Lorsque un caractère entre dans la composition d'un autre il "s’aplatit" ou se modifie pour pouvoir entrer"dans le carré.

Un complément sur la prononciation :

"i" ne se prononce pas vraiment "i" comme en français derrière c, r, s, z, ch, sh et zh, mais très léger un peu comme dans "it" en anglais.


Enfants chinois nourrissant les poissons dans un parc de Chengdu au Sichuan, Chine


人 La personne

人 
rén

C'est la personne. On peut l'imaginer en train de marcher sur ses deux jambes. Ce caractère est très utilisé pour composer d'autres mots. C'est un des principaux suffixes.

Le r initial se prononce plus comme un "j" français à la George Brassens : si, si écoutez "La cane de Jeanne" et vous serez très proches de l'accent chinois. On l'appel "r" rétroflexe, il est également très proche du "er" de "center" prononcé à l'américaine.

Et "-en" se prononce "ène". Ca donne donc à peu près "jène" sur un ton interrogatif (symbolisé par l'accent aigu). Je donne la prononciation à titre indicatif, il est tout à fait possible de comprendre un caractère chinois sans savoir le prononcer !

On peut maintenant composer un mot de trois caractères :

中国人 zhōng guó rén

Que l'on traduit par chinois (la personne). Littéralement "une personne du pays du milieu". Il se traduit aussi par chinoise puisque le féminin n'existe pas pour les noms et les caractères sont invariables ! C'est le côté reposant de la grammaire chinoise.


Vieille femme dans le Parc du Peuple de Chengdu, Sichuan, Chine


国 Pays et Chine

国 
guó

C'est le radical pays, caractère final de la plupart des noms de nations en chinois. On le prononce entre "gouo" et "couo" sur le ton ascendant. Ce caractère simplifié s'écrit en inscrivant dans une enceinte carrée le caractère du jade. En traditionnel on l'écrit

Comme dans la plupart des langues, mis à part les langues latines, le qualificatif se place avant le nom. La Chine se dit donc "Pays du milieu" (comme beaucoup d'autres peuples, les chinois se sont crus au centre du monde...) :


中国 zhōng guó


Est donc le nom propre Chine. Le chinoi n'utilisant pas d'article défini (le, la, les), on peut donc traduire 中国 par la Chine.



Carte satellite de Chine (source Google)


vendredi 14 août 2015

文 La "Langue chinoise"

Découvrons un autre caractère simple à écrire :

wén

Ce caractère, qui serait un pictogramme représentant des éléments écrits ou tatoués, est utilisé aussi bien comme préfixe que comme suffixe pour former d'autres mots. Il porte le sens de langue, littérature, lettres.


Pour préciser la notion de mots :

Un caractère peut constituer à lui seul un mot, mais le plus souvent il fait partie d'un mot composé de plusieurs caractères (assez fréquemment 2) et doit être envisagé comme préfixe, suffixe ou bien racine de la même manière que sont formés les mots de notre langue à partir de racines latines et grecques.

Il est à noter que chaque caractère indépendant doit s'inscrire dans un carré et on doit, par ailleurs, utiliser un ordre précis pour tracer les traits qui le composent.

A l'aide du précédent caractère on peut composer le mot :

中文

zhōngwén : se traduit par langue chinoise.

On y retrouve le radical centre / Chine suivit du suffixe de langue écrite.

A l'aide de on peut composer de nombreux noms de langues du monde.



La culture de la langue écrite et des caractères compte beaucoup en Chine. Ici un enfant écrit des caractères éphémères avec un pinceau géant et de l'eau dans les rues de Chengdu, Sichuan


Phonétique 2

Un peu plus de phonétique


Poursuivons un peu sur le thème de la phonétique. Encore une fois, ceux qui ne s'intéressent qu'à l'écriture des caractères peuvent sauter cet article.

Il existe, en chinois (mandarin), une transcription phonétique utilisant l'alphabet latin : le pinyin.

A savoir : il existe 4 tons en chinois + un 5ème neutre : On peut prononcer une syllabe ("ma" par exemple) de 5 façons différentes. En fonction de l'intonation qu'on y met ceci peut donc correspondre à des mots ou parties de mots différents.

A savoir également : Un caractère possède habituellement une prononciation et un ton défini, il existe malgré tout des exceptions. La difficulté réside surtout dans le fait qu'à une syllabe, même parfois avec le même ton (homophonie totale), correspondent plusieurs caractères de sens différents.


Présentation des tons du mandarin avec la syllabe ma :

: premier ton
=> accent plat et soutenu sur la voyelle.

: deuxième ton
=> accent montant, comme une interrogation.

: troisième ton
=> circonflexe inversé, on descend bas puis on remonte, équivaut à un ton interronégatif ou dubitatif.

: quatrième ton
=> accent descendant bref, comme un ton affirmatif.

ma : ton neutre
=> "ma" comme en français, sans intonation.



Phonétique 1

Un peu de phonétique !

Pour les lecteurs qui veulent se concentrer sur l'identification des caractères sans les prononcer, n'hésitez pas à passer cet article !

Les chinois de Chine continentale utilisent presque tous les mêmes caractères, mais il existe des dialectes différents. Le Mandarin en est le principal, et est considéré comme langue officielle. Certains caractères sont même identiques aux kanji japonais qui sont en fait, pour la plupart, les caractères traditionnels chinois.

Dans ce blog j'utilise les caractères simplifiés. Ils sont utilisés dans toute la Chine continentale. A Taiwan et à Hong Kong on utilise les caractères traditionnels. Les chinois de la diaspora utilisent encore souvent les caractères traditionnels, et il n'est pas rare de voir ceux-ci sur les enseignes des restaurants et boutiques chinoises en occident.

De nombreux caractères simplifiés sont, malgré tout, identiques à leur version traditionnelle. D'autre part il existe des "règles" de simplification qui permettent de s'y retrouver un peu... un peu seulement ! Mais peu importe pour lire du chinois de Chine, en dehors des inscriptions sur les vieux temples, les caractères simplifiés sont la bonne option.

En mandarin (langue officielle), chaque caractère correspond à une seule syllabe (à la différence du japonais !). Le système phonétique employé s'appelle Pīnyīn. Dans ce système de notation, une syllabe est formée d'une consonne simple ou double et d'une voyelle ou d'une diphtongue. La syllabe se termine par une finale en "-n" ou "-ng" ou bien rien. Les combinaisons de sons restent donc assez limitées.


Liste des consonnes simples et doubles :

b, c, d, f, g, h, j, k, l, m, n, p, q, r, s, t, w, x, y, z, ch, sh, zh

Liste des voyelles :

a, e, i, o, u, ü

Il existe des diphtongues :

ai, ao, ei, ia, ie, iu, ou, ua, ue, ui, uo

Des triphtongues:

iao, iou, uai

Et deux nasalisations finales :

-n, -ng


Et c'est tout ! Une syllabe est obligatoirement formée d'une consonne initiale, d'une voyelle ou une diphtongue/triphtongue et se termine par "-n" ou "-ng" ou parfois uniquement par la/les voyelle(s). Dans certains cas la consonne initiale manque et la syllabe débute par une voyelle.

Une syllabe ne se termine jamais par un "s", un "t" etc. Sinon c'est à un autre dialecte que vous êtes confronté : le cantonnais par exemple...
Une seule exception "er", le "r" se prononce comme un "r" américain pas comme un "r" français !


Exemples de combinaisons avec la lettre "t" :

ta, tai, tie, tou, tui, tan, tang, ting, tong, tu, tui

Voilà, voilà pour la phonétique de base ! On en reparlera plus tard.



中 Commençons par le "centre"



zhōng

  
La Chine est souvent surnommée "Empire du milieu". Ce n'est pas une invention occidentale, mais bien une traduction du nom chinois de la Chine. Ce caractère, qui selon certains spécialistes en étymologie symboliserait la flèche transperçant la cible en son milieu, est à la fois le radical de Chine et représente le milieu, le centre.

Les caractères chinois (ou "sinogrammes") peuvent représenter une image : On les appelle pictogrammes. Parfois, ils représentent une idée : On parle alors d'idéogrammes. D'autres encore contiennent un élément phonétique associé à un idéogramme : On parle d'idéophonogrammes.

Ce caractère simple, prononcé  zhōng , est utilisé pour former d'autres caractères plus complexes. Il apporte une valeur sémiologique (de sens) ou bien donne une indication sur la prononciation du caractère formé avec ce dernier.




La Grande Muraille ici à Mutianyu, un symbole fort de l'Empire du Milieu